Qu'est-ce que le SEO On-Page et comment l'optimiser ?

Qu'est-ce que le SEO On-Page ?

Si, il y a quelques années, on considérait le SEO comme une propension à insérer le plus fort taux de mots-clés sur une page, cette vision a désormais bien changé. En effet, le SEO (Search Engine Optimization) concentre diverses actions à mettre en place sur un site web pour permettre son référencement optimal. Focus sur le SEO On-Page.

Le SEO On-Page, c'est quoi ?

Le SEO On-Page est un ensemble de techniques visant à optimiser le référencement d’un site web dans la SERP. Ces techniques sont applicables au contenu des pages : contenu rédactionnel, visuels, vidéos, maillage interne et externe, etc… Le SEO On-Page concerne essentiellement les contenus et touche donc directement au travail du rédacteur web et de la personne chargée de l’intégration.

Quelle différence entre le SEO On-Page et le SEO Off-Page ?

Aussi appelé “SEO On-Site”, le SEO On-Page concerne les critères d’optimisation d’une page ou d’un site web visibles pour l’utilisateur. Le SEO On-Page renvoie aux optimisations spécifiques qui vont rendre le site user-friendly. On le distingue du SEO Off-Page qui concerne des aspects plus techniques comme la vitesse de chargement du site ou encore l’acquisition d’autorité. Grossièrement, le SEO On-Page renvoie aux actions visibles à l'œil nu, contrairement au SEO Off-Page qui concerne celles qui sont visibles uniquement par l’algorithme Google.

Quels sont les critères d’optimisation du SEO On-Page ?

Le SEO On-Page est un tout, c’est une totalité tendant vers la perfection. Aussi, il est impératif de respecter de nombreux critères qui peuvent sembler extra-numéraires de prime abord, mais qui doivent devenir des habitudes systématiques pour le rédacteur et pour l’intégrateur (qui sont souvent et idéalement une seule et même personne). Voici une liste non exhaustive des critères SEO On-Page à prendre en compte pour optimiser son référencement naturel.

Contenu original

On ne le répétera jamais assez : le contenu doit être original. C’est-à-dire qu’il ne s’agit pas de répéter ou de paraphraser les textes dénichés sur les sites concurrents mais bien d’apporter sa pierre à l’édifice et de proposer une valeur ajoutée. Dans le cadre de certains articles ou de certains problématiques, on voit parfois mal comment créer du contenu original : il va s’agir de confirmer toutes les informations recueillies (de couper la tête aux a priori) et de proposer une structure de texte facile et agréable à lire avec si possible un tip qu’on ne retrouvera nulle part ailleurs. Par exemple, cet article est rédigé par des experts du SEO On-Page, contrairement à certains articles concurrents de la SERP (mais on ne mentionnera pas lesquels !).

Structure du texte

Pour être favorablement accueilli par robots d’exploration, les contenus rédactionnels doivent suivre une structure précise, qui tient à leur lisibilité. Un peu comme on imagine un plan de dissertation en cours de philosophie pour qu’il plaise au correcteur, on crée le plan de son contenu rédactionnel SEO de façon à ce qu’il plaise aux robots.

Ainsi, les titres consisteront en des questions dans 80% des cas.

Les paragraphes ne feront pas plus de 150 mots et exprimeront chacun une idée précise.

Les balises titre respecteront la hiérarchie des sous-titres (h1 pour le titre principal, h2 pour le sous-titre de niveau 2, h3 pour le sous-titre de niveau 3, etc..).

Les phrases seront courtes et concises.

Contenus à valeur ajoutée

Certains contenus, connus pour faciliter la lecture et la synthèse d’information, sont privilégiés par Google. C’est-à-dire que Google améliore le placement des pages qui comportent l’un ou plusieurs de ces éléments parmi les résultats de recherche. Les contenus à valeur ajoutée sont les suivants :

  • Tableaux,
  • Listes à puces,
  • Checklists,
  • Notices d’informations en PDF,
  • Vidéos,
  • Vues à 360°,
  • Perspectives 3D.

Ainsi, plutôt que de rédiger un long paragraphe sur les avantages et les inconvénients d’un produit, pensez à créer un tableau qui les répertorie. Plutôt que d’énumérer une liste d’ingrédients pour une recette de cuisine, optez pour la liste à puces. A la place d’une longue phrase listant les règles de conduite à tenir lors d’un voyage à l’étranger, insérez une liste à puces. Mais aussi, pour décrire les nombreuses spécificités techniques d’un produit dans l'ingénierie, proposez un document livrable en PDF, dont les informations ne conviendront qu’aux acheteurs potentiels. Les vidéos, vues à 360° et perspectives 3D quant à elles, permettent de s’approprier un objet spécifique comme le plan d’une bâtisse ou alors un produit qu’un utilisateur souhaite acheter.

Optimisation des médias

Lors de l’insertion d’images ou de vidéos, pensez à mettre en valeur les contenus. Ainsi, pour les images, on n’oubliera pas de renseigner la balise Alt, permettant de décrire le titre et le contenu de cette dernière. La balise Alt concerne plutôt le référencement Off-Page mais elle est utile lorsque le navigateur exprime des difficultés à afficher l’image : dans ce cas, le titre et la description de l’image que vous avez intégrés apparaissent et servent justement le SEO On-Page.

Expressions dans le texte

À bas les contenus bourrés de mots-clés ! Mais oui à l’optimisation juste : veiller à bien définir ses problématiques et à traiter des questions adjacentes pour répondre de manière complète aux utilisateurs. Notre conseil : équipez-vous d’un outil dédié ou préparez à l’avance une liste de mots-clés, elle vous permettra de traiter la totalité des questions liées à votre problématique.

Eviter la suroptimisation

Directement liée au conseil précédent, la suroptimisation est une pratique à éviter absolument. Ce qu’il faut comprendre, c’est que les robots d’indexation ne se focalisent plus sur la densité de mots-clés au sein d’un contenu rédactionnel. Désormais, ce qui intéresse Google, c’est la pertinence avec laquelle un site web répond à la problématique d’un utilisateur. Il est important d’utiliser les mots-clés pour apparaître dans la liste des pages liées à une requête et pour permettre à l’utilisateur de distinguer votre contenu parmi les autres. En revanche, le fait de placer un mot-clé un nombre de fois incalculable pour espérer gagner des places dans la SERP est non seulement inutile, mais également contre-productif. En effet, cette technique s’expose à des sanctions manuelles de la part des modérateurs et techniciens Google. Rappelez-vous que Google sanctionne désormais les contenus qui suroptimisent un ou plusieurs mots-clés.

Analyse de la SERP

La SERP correspond historiquement à la première page de résultats du moteur de recherche Google. Désormais, avec le scroll infini régulièrement en place et notamment sur mobile, on estime que la SERP désigne la liste des 10 premiers résultats de recherche. Ainsi, analyser la SERP consiste à recenser les premiers résultats de recherche sur une requête donnée pour identifier leurs Best Practices et surtout pour créer un contenu meilleur, proposant une valeur ajoutée plus importante. Concrètement, si l’on identifie dans la SERP un contenu proposant un tableau récapitulatif, un autre proposant une liste à puces et un autre avec une galerie média, alors on essaiera d’inclure l’ensemble de ces contenus sur la page web si cela est possible.

Google met un point d’honneur à fournir des réponses rapides aux questions que se posent ses utilisateurs. C’est pourquoi le célèbre moteur de recherche a récemment mis en place des Featured Snippets. Les Featured Snippets sont un encadré proposant une réponse directe à une question spécifique, et qui permet à l’internaute d’avoir à parcourir une page web pour trouver sa réponse.

screenshot featured snippet google

Exemple de Featured Snippet

Les Featured Snippets, comme les People Also Asked, sont un moyen particulièrement efficace de mettre un site web en avant, un peu comme disposer un produit en tête de gondole dans un grand magasin.

Aussi, lors de la rédaction d’un contenu, on peut optimiser ses chances d’apparaître en Featured Snippet en proposant une réponse concise à une question. Voici quelques exemples de Featured Snippets :

  • “Quelle est la taille de Kobe Bryant ? Kobe Bryant mesure 1,98m.”
  • “Où vivent les rhinocéros blancs ? Les rhinocéros blancs vivent en Afrique du Sud.”
  • “A quel âge un bébé commence à marcher ? Un bébé commence à marcher entre 10 et 18 mois.”

Maillage interne

Le maillage interne désigne les liens vers d’autres pages du site présents dans un contenu (des liens internes). Ces liens servent à l’utilisateur à naviguer facilement et à se référer à d’autres pages qui lui permettront de mieux répondre à la problématique souhaitée. Par exemple, la page dédiée au SEO Off-Page permet de mieux comprendre ce qu’est le SEO On-Page par différenciation. C’est une manière de faciliter la navigation de l’utilisateur et de mettre en valeur les différentes pages d’un site. C’est aussi le cas lorsque l’on navigue sur un e-commerce et que le site propose des produits similaires.

screenshot maillage interne amazon

Exemple de maillage interne

Optimisation de l’URL

L’URL correspond à l’adresse de la page web. On l’appelle également le slug. Il y a quelques années, cela ne gênait personne de publier des pages avec des URL qui n’avaient ni queue ni tête : succession de symboles, pas de mots-clés et pas de sens pour l’internaute. Aujourd’hui, il est recommandé de créer sa propre URL (de nombreux éditeurs comme Wordpress ou encore les WYSIGYG le permettent) en indiquant tout simplement le fil d’Ariane : c’est-à-dire la catégorie, la sous-catégorie et le sujet. Par exemple nomdedomaine.fr/SEO/SEO-on-page.

Le saviez-vous ? Slug signifie limace en anglais et les limaces laissent toujours des traînées significatives lors de leurs déplacements. Le slug vise donc aussi à orienter l’utilisateur grâce au chemin de navigation qu’il indique dans sa construction même.

Prêter attention à la cannibalisation

Les pages référencées sur une problématique précise génèrent ce que l’on appelle du jus SEO : c’est toute leur teneur en liens, en mots-clés et en construction qui leur permet de diriger vers une problématique précise. Plus une page est optimisée et plus elle génère de jus SEO. Seulement si on crée une page traitant de la même problématique et proposant les mêmes liens sur son site web, alors le jus SEO est divisé par deux et se partage désormais entre les 2 pages, c’est ce que l’on appelle le phénomène de cannibalisation. Il ne suffit pas de créer des centaines de pages pour être bien référencé, ce serait trop facile.

En effet, le référencement implique pour chaque site de traiter une problématique spécifique par page, et ce pour faciliter la recherche de l’utilisateur. Aussi, on fera bien attention en créant une nouvelle page de ne pas reprendre les mêmes liens et les mêmes mots-clés que pour une page déjà existante, afin d’éliminer tout risque de cannibalisation. Certains outils SEO spécialisés permettent de détecter la cannibalisation des pages entre elles, ils sont notamment utiles pour les e-commerce qui impliquent de se démarquer sur un marché spécifique.

Faire attention au duplicate content

Étant donné qu’il importe que chaque contenu soit original et unique, il va de soi que le Duplicate Content (le contenu dupliqué) est interdit. Aussi, on prêtera bien attention aux tournures utilisées et à ce qu’elles ne ressemblent pas trop à celles d’autres pages. De même, si l’on constate une baisse de trafic organique et un recul du référencement, on recherchera sur le net si un concurrent n’a pas copié le contenu en place. En principe, le Duplicate Content ne pénalise pas la ou les pages concernées mais il ne permet pas d’optimiser son ranking. Ainsi, il est inutile de créer une page contenant du Duplicate Content puisque celle-ci ne permettra pas au site d’optimiser son référencement naturel.

Eviter les 404

Les erreurs 404 sont des pages qui n’existent pas ou plus. Aussi, on prendra bien soin de vérifier que les liens édités sur chaque page de son site web sont bons. POur un utilisateur, rencontrer une 404 revient à tomber sur une porte qui lui resterait fermée. C’est frustrant et cela pénalise l’expérience utilisateur. Malheureusement les erreurs 404 sont courantes sur les sites comportant de nombreuses pages. C’est pourquoi des outils dédiés à la traque des 404 existent et permettent ainsi au webmaster de contrôler ce qu’il se passe sur chacune des pages.

Utilisation d’un outil dédié

Pour finir, le moyen le plus efficace d’optimiser son référencement via le SEO On-Page reste d’utiliser un outil dédié à la création de contenus. Ces derniers permettent de contrôler la teneur SEO d’un contenu rédactionnel sans risquer la suroptimisation et sans pour autant manquer une opportunité de référencement sur une problématique spécifique. En général, ces outils contrôlent le contenu rédigé et proposent des mots-clés liés en fonction de l’analyse des pages concurrentes.